Le Club utilisateur : une première entre partage et innovation


Publié le
Fiscaliste territorial: une fonction importante pour la collectivité et pour les contribuables

Le premier Club utilisateur de Fiscalité & Territoire s’est réuni les 18 et 19 juin à Montpellier. Dans le cadre luxuriant d’un hôtel de Castries, Marc Debomy et Coraline Arsac, les dirigeants de cette jeune entreprise, ont organisé un séminaire qui a permis aux représentants des collectivités présents de découvrir les nouvelles fonctionnalités du logiciel et surtout de partager leurs expériences.

A la fois éditeur de logiciel et cabinet de conseil, Fiscalité & Territoire existe depuis 7 ans et intervient auprès de quelque 400 collectivités. « Il était donc temps de se rencontrer, explique Marc Debomy. Nos clients nous demandaient depuis un moment de mettre en place un temps d'échanges et de partages d'expériences. Ils n’ont pas tous le même niveau de connaissance de la plateforme, dont l’évolution est nécessaire pour améliorer le service. Cette rencontre va également permettre d’obtenir de précieux retours  ».

De l’observation à la gestion

L’organisation du premier Club utilisateur s’imposait donc : « Nous avions beaucoup de nouveautés à présenter, poursuit Marc Debomy. Nous travaillons notamment depuis 2 ans sur de nouvelles fonctions permettant de passer de l'observation de la fiscalité à la gestion active de celle-ci. »

L’utilisation du logiciel de l’Atelier fiscal a permis aux participants de comprendre les nombreux usages de ce logiciel, dont la fonction « Audit » qui permet de créer et de suivre des actions de contrôle sur le terrain.

La cartographie

La journée et demie de séminaire du Club utilisateur a été organisée en quatre séquences. La première, essentielle en termes de gestion, était consacrée à la cartographie. Exemples à la clé, Marc Debomy a expliqué comment, grâce au logiciel de l’Atelier fiscal, il est possible, à partir de son bureau, de visualiser une zone précise, n’importe où en France, et d’aller vérifier, par exemple, la façade d’une maison précise.

Certes, l’outil ne résout pas toutes les problématiques et n’apporte pas toutes les réponses, mais il permet de soulever des interrogations, de les vérifier depuis le bureau et de les transmettre aux services fiscaux en quelque clics.

Des outils simples

Coraline Arsac a présenté deux outils. « Simulation » et « Recensement » sont des modules complémentaires à l’abonnement initial à la plateforme. Le premier a une double utilité : une simulation TH (taxe d’habitation) et une simulation sur la cotisation minimum de la CFE. « Nous avons développé cet outil suite à de nombreuses demandes, explique Coraline. Nous avons réfléchi à un module simple, qui puisse répondre aux attentes. »

Marc Debomy renchérit : « La technologie que nous avons choisie vous permet de produire beaucoup plus vite des outils de simulation, en fonction du contexte et des besoins ». En ce qui concerne le recensement, autrement dit les recherches menées par les fiscalistes territoriaux, l’enjeu est simple : effectuer des contrôles précis qui permettent de rapporter de l’argent. « Le principal frein, explique Marc Debomy, c’est de croire que l’on n’a pas le temps de faire ce travail de recensement. Mais avec notre outil, on peut traiter environ 300 doutes en une journée. Il ne faut pas laisser aux cabinets privés la facilité de trouver les plus grosses pépites ».

Accompagnement à la démarche

Bien évidemment, qui possède l’abonnement initial à l’Atelier fiscal, sans module complémentaire, peut toujours missionner un expert de Fiscalité & Territoire. Coraline Arsac présente divers exemples d’accompagnement à la démarche, qu’elle effectue toujours en s’appuyant sur le logiciel « maison » et insiste sur un point : « Plus aucun élu ne se décide, s’il n’a pas une idée de benchmark ». Autrement dit, s’il ne connaît pas son positionnement par rapport aux autres collectivités, et s’il ne peut mesurer l’impact de sa décision sur l’ensemble de sa population.

« On sait faire sans, mais… »

En conclusion de ce premier Club utilisateur, Marc Debomy a souligné qu’il est « intéressant de s’appuyer sur le quotidien des participants. Nous avons besoin de créer ce réseau parce que c’est ainsi que nous progresserons, tous ensemble. Pour forger un esprit communautaire : bien qu’il se développe, le métier de fiscaliste territorial est rare, les partages d'expérience encore plus. Ce lieu d'échange permet de renforcer notre conviction que le métier est important pour la collectivité et les contribuables ».

Avis partagé par le public, qui a apprécié, à l’image de Quentin, le côté « super interactif, facile d’accès » de la rencontre. D’autres s’arrêtent sur le logiciel. Sylvie, reconnaît qu’elle « aime bien l’outil. On sait faire sans, mais il fait gagner beaucoup de temps ». Elle apprécie le « soin apporté aux graphiques » et Laurent « le superbe travail effectué sur le zonage ».

Et Pauline conclut en reprenant l’idée qui a présidé à la tenue de ce premier Club utilisateur : « Créer un réseau avec toutes les communes membres, c’est vraiment une excellente idée ».

Partage d’expériences des acteurs de la fiscalité locale et territoriale à l’occasion du premier club utilisateur de Fiscalité et Territoire

Olivier QUELIER